21 août 2007

JEUDI 17

P'tit déj' au coin de la rue, coffee à volonté, bagels, etc. Pipi, et c'est parti pour faire chauffer les cartes bancaires.
Primo, on remonte au Guggenheim, pour des tee-shirts souvenirs.
Secundo, Apple store pour un Ipod, refaire un essai pour les photos, et acheter une clé USB pour sauvegarder parce qu'il n'y a pas de raisons qu'on y arrive mieux qu'hier. Seulement, Apple ne vend pas de clé USB. Faut en trouver une ailleurs. Ca commence à me gaver grave cette histoire de photo, ce serait quand même dommage d'être bloqué par une carte pleine ! D'autant plus que les copains attendent de voir ces photos sur le blog de notre voyage... N'est ce pas ?
On a une clé, mais les machines d'Apple store sont bien verrouillées. Ce n'est pas un cybercafé et le vendeur, tout sourire, nous a gentiment demandé de débrancher tout ça sur le champ. Faudra tenir jusqu'à samedi, ou trouver une carte mémoire supplémentaire.
Bon, maintenant shopping.

DSCN2902

Jeans, converses, peut être bottes si on en trouve  mais ça ne semble pas évident. Nous n'en avons pas vues jusqu'à maintenant, nous sommes à New-York pas au Texas !Ah, si, j'oubliais un sac en vinyl aussi....
Passage par  Macy's,  the world's largest store, c'est bien possible, 7 étages de fringues et d'accessoires, hommes, femmes, enfants ! Ca fait du monde et de la marchandise tout ça. Faut tout de même pas s'égarer dans les rayons sinon ce soir on n'aura pas fini. Une hôtesse américaine nous invite à s'approcher du stand de Davidoff en nous parfumant. Elle a du « sentir » les touristes en emplette, nous demande si on connaît Davidoff. « Bien sur, Cool Walter », elle éclate de rire et n'insiste plus.
Bon, les jean's, et ne pas se disperser trop dans cet étalage de rayons à n'en plus finir.
Des français plein les cabines d'essayage, c'est assez drôle. « ça me va ? qu'est que t'en penses ? »,  « Et celui là ? », « C'est pas cher, à ce prix la j'en prends 3 ! ». Moi aussi, j'essaie mon jean's, 54$, soit 40 Euros, c'est vrai que pour nous, frenchy, c'est pas cher..j'en prends 2.
Le souci, c'est que je ne trouve plus ma taille. En effet, le vendeur me fait comprendre que j'ai eu de la chance de trouver celui que j'ai dans les mains. Dans le rayon, les tailles démarrent au 30-31 pas en dessous, format US oblige.
On traîne d'un rayon à l'autre, converses, jean's pour François (la frime à la maternelle), et un sac en vinyl à trouver.
On trouve.
Mais japonais et très cher.
On repose soigneusement.
Toute cette foule, une journée non-stop de shopping, je dois avouer, je n'ai pas l'habitude et je fatigue un peu. Dernier tour à footlocker, quelques conseils échangés avec des françaises sur les pointures US et basta, on sort.
Pleins les bottes, les bras chargés de sacs plastiques, la carte bancaire fumante dans la poche. Retour à l'hôtel pour déposer tout ça.
Ce soir, tournée des bars ! Nous devions faire ça hier mais la météo ne s'y prêtait pas.
C'est parti pour Brooklyn by night. Le métro nous dépose presque au premier bar du circuit du guide.

DSCN3125

« Tournée des bars à Billyburg », c'est le titre de l'article, avec plan, et un petit mot sur chaque établissement.
Sortis du métro à Hewes str., on tombe directement sur un bar faiblement éclairé, un gus joue tout seul sur sa guitare. Ca semble plutôt pas mal le Moto, c'est le nom du bar, mais c'est plein à craquer. C'est pas très grave, la tournée des grands ducs du guide en propose une dizaine...on devrait trouver notre bonheur. Faudrait quand même essayer de rentrer dignement à l'hôtel.
Deuxième établissement, l'Union Pool, « ancienne boutique de fourniture de billard des années 50 » ( dixit le guide ). En effet, c'est tout à fait ça, une ambiance chaleureuse d'habitués qui se retrouvent dans ce bar, une faune locale, rock, avec un DJ qui mixe des vieux standards rock'n'roll. Accoudés au comptoir, on se sent plutôt bien, le climat nous convient tout à fait.

DSCN3127

Mais la tournée n'est pas finie.
Ici, il y a des graffiti sur les murs, c'est, semble t il, moins chic, moins « clean » que Manhattan, plus vivant. La lune et les éclairages publics apportent beaucoup au charme de cette virée nocturne. On rigole bien sur ces trottoirs déserts.

DSCN3129

Un arrêt au Spuyten Duyvil, un p'tit creux, une assiette de pickles, et une autre de fromage (2).
Assez drôle la découpe du fromage. Une paire de gants, un couteau, et..un peson ! Ca doit être précieux le claquos ici, pour être vendu comme de l'herbe dans un coffee shop, non ?
On grignote nos assiettes, avec du pain, pas du pain de mie, du pain, pas une baguette mais quand même, le gaulois qui sommeille en nous relève les moustaches. Par Toutatis.

DSCN3133

C'est décidé, demain, on revient. Ils savent vivre ici, il semble se passer des choses, à voir quand il fera jour. Tant pis pour le Bronx et Harlem, de toute façon, on peut pas tout faire. Il commence à être un peu tard et le Zebulon est fermé. Retour. On se perd un peu dans un quartier semi industriel en rigolant comme des ados en virée.

DSCN3132

Ceci dit, on ne sait pas trop si les métros sont ouverts toute la nuit. Nous sommes partis sans penser une seconde qu'il pouvait y avoir un dernier métro...
Eh bien, non, le métro Newyorkais fonctionne 24h/24h.

DSCN3138marcy_ave_station_by_night

Je fais un petit film du passage du pont de Williamsburg que la nuit et les reflets transforment un peu en film expérimental.. ..Enfin, je vous laisse juge.
Il doit être 2h30 quand nous arrivons à l'hôtel,. Ca va pas traîner ce soir, 2 ou 3 moutons guère plus.

Posté par dany wild à 22:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur JEUDI 17

Nouveau commentaire